COMED est durable dans un monde turbulent.

Notre sport colombophile a ses soucis, qui méritent toute l'attention.

L'impact environnemental.

Les enregistrements de chaleur sont constamment battus. Notre météo brise des records historiques année après année, et trop de dirigeants mondiaux laissent faire. Le Brésilien Bolsenaro, et non des moindres, brûle sans scrupules la forêt amazonienne, le poumon vert de la planète, à un rythme sans précédent, comme s'il s'agissait de sa propriété personnelle. Dans notre région aussi, certains types de temps durent plus longtemps que d'habitude. Récemment, des tornades courtes mais violentes, que l'on croyait réservées aux pays exotiques, ont fait leur apparition. Nous sommes obligés de nous préparer.

Conseil environnemental général : achetez un réfrigérateur à 0°C.
Il ne gèlera pas, mais tous les processus de biodégradation seront pratiquement arrêtés
et tous vos aliments périssables resteront frais trois fois plus longtemps.
Une salade de roquette, par exemple, restera fraîche pendant au moins trois semaines.

Attention à nos pigeons.

Le récent vol désastreux au cours duquel 1.300 pigeons ont été perdus a fait grand bruit dans les médias. L'image d'une jeune colombophile attire l'attention, et on ne peut pas blâmer les médias pour cette amplification. Cependant, les vols catastrophiques existent depuis que le sport colombophile existe, et la recherche de la cause reste souvent une énigme intrigante et un sujet d'analyse parmi les colombophiles.

On peut se demander si nous devons faire une analyse spéculative publique en ces temps.
Regardons les choses en face ; il n'y a qu'une seule chose qui a toujours compté : "gagner". Il est logique et compréhensible que nous voulions réagir à un comportement naturel, par exemple l'obscurcissement ; cela a toujours existé, probablement pas plus qu'avant. Le fait que la moitié des pigeons disparaissent mystérieusement et qu'un seul pigeon soit retrouvé mort semble dramatique et presque dégoûtant, mais en 2000, quelque chose de similaire s'est produit au WPC.

Lors d'une belle matinée de printemps, avec un ciel bleu clair et presque pas de vent d'est, nous avons organisé trois vols d'entraînement à partir de Borgworm (30 km) avec 600 pigeons chacun. Un à 8h, un à 10h et un à 12h. Presque tous les pigeons de 2 groupes (8 et 12h) sont revenus, du troisième groupe ce jour-là, aucun ! Quelques jours plus tard, nous en avons récupéré environ 200. Le pire, c'est que personne ne pouvait donner une explication scientifique ou rationnelle. Tous les pigeons étaient en effet dans les mêmes conditions au préalable, et seul le moment du lâcher était différent. Il n'y avait aucun problème pour le groupe.

Nous avons spéculé sur le croisement avec un vol polonais (quelques pigeons ont été signalés en Allemagne), un possible bang supersonique de la base aérienne de Bierset etc. En théorie, on peut essayer de tout comprendre, mais découvrir pourquoi les pigeons restent en arrière est un métier en soi. Même la NASA s'intéresse à la façon dont les pigeons retrouvent ou non leur chemin. On peut suivre les pigeons en direct sur la carte avec le GPS si on le souhaite. Voici quelques images de la situation actuelle.

Les rapaces, comme cause naturelle du retard.

L'épervier a le culot de maîtriser un jeune pigeon entre vos jambes dans la cour (pour ainsi dire), ce qui peut provoquer une énorme panique. Le gouvernement protège tellement les rapaces que leurs attaques ne feront qu'augmenter, et nous devons apprendre à vivre avec cela. La suppression de l'habitat de l'animal est inacceptable, mais je m'inquiète de la protection du loup assoiffé de sang dans notre région densément peuplée.

Qui sera responsable si un être humain est attaqué peu de temps après que des loups aient récemment déchiqueté au hasard une vache (selon les spécialistes, cela n'arrive pas " normalement" ...) ou deux moutons en présence du berger ? Après la mise à mort, ils se sont en effet éloignés sans dévorer la proie. La Flandre est l'une des régions les plus densément peuplées d'Europe, et des compromis devront être faits.

Les pigeons perdus ont également toutes les chances de survie. En été, pendant la saison des courses, il y a de la nourriture en abondance dans les champs. La colombophilie a créé une race forte par sélection grâce à la compétition sur des centaines de générations. Cela nous amène à la déclaration de COMED.

Il est inquiétant que le Parlement néerlandais ait approuvé une loi sur les animaux qui stipule que
les animaux ne doivent pas être entravés dans leur liberté naturelle de mouvement.

La loi néerlandaise sur les animaux pose une bombe sous l'élevage.

A mon avis, cela ne devrait pas représenter un danger pour le sport colombophile, mais cela crée beaucoup d'incertitude car cela va trop loin. Ils ont bien dit que cela doit encore être examiné individuellement, mais l'attente est annoncée.

Nos pigeons voyageurs sont utilisés depuis des siècles pour transmettre des messages. Les diligences ne pouvaient jamais faire le travail aussi rapidement. Toutes les personnes influentes avaient des pigeons voyageurs. Ainsi, dans les bâtiments gouvernementaux et les châteaux, vous aviez un pigeonnier dans un bâtiment séparé à cet effet.

Des histoires héroïques ont été écrites sur le pigeon en tant que soldat : Cher Ami a sauvé un bataillon. Bref, une grande amitié a fleuri entre l'homme et le pigeon. Vous pouvez sentir que la politique va garder un œil sur tout. Nous devons nous faire une réputation dans les médias en tant qu'amoureux des animaux en prenant soin d'eux, ce qui nous donnera une bonne image.

La méthode durable COMED est donc plus précieuse que jamais. 

Faut-il le répéter ? Nous l'avons déjà dit : l'utilisation d'antibiotiques pour améliorer les performances sportives donne une image négative. Nous devrons donc faire très attention à cette perception après l'approbation de la restriction de la détention d'animaux par le parlement néerlandais. La solution est évidente.

La méthode COMED durable, sans antibiotiques, peut nous aider à créer une image favorable aux animaux. A cet égard, l'AFSCA a déjà eu des entretiens préliminaires avec la KBDB il y a quelques années.

Il existe désormais une nouvelle loi sur la réglementation du transport d'animaux à travers les frontières européennes par le règlement de quarantaine de 21 jours. Le contexte de cette loi européenne est la sauvegarde de la santé de notre bétail en général et de la volaille en particulier.


Les épidémies régulières de grippe aviaire ont été un argument pour considérer à tort notre pigeon voyageur comme un éventuel bouc émissaire. Nos responsables aux différents niveaux du gouvernement ont su limiter les dégâts, ce dont nous leur sommes redevables et reconnaissants. Cela a été décrit en détail dans la presse. Nous parlons également des infections entre animaux et entre animaux et humains. On pourrait envisager que les pigeons ou les volailles soient des transmetteurs potentiels de virus et de bactéries, etc.


Cette étude
indique qu'il est improbable que la recherche sur certaines espèces de volailles - contrairement à d'autres espèces animales - présente un risque. Toutefois, la question de la propagation des maladies infectieuses et de la résistance aux antibiotiques reste posée.

Par la présente, nous démontrons une fois de plus que COMED a non seulement prévu ces problèmes depuis de nombreuses années, mais qu'il propose également une alternative intéressante. La méthode COMED conduit notre sport colombophile vers un hobby sanitaire durable. À suivre...


Article précédent